Publié le 26 Janvier 2012

Ils ont l'air de ce qu'ils sont : des voyous.

 

Quatre ans durant, Jocelyn Bain Hogg a suivi et photographié ces membres de la pègre anglaise, à Londres, en exil aux îles Canaries, chez eux. Le moins qu'on puisse dire, c'est que ces hommes portent sur leur visage, dans leur mise et leur attitude la fierté d'être ce qu'ils sont : des réprouvés, les fournisseurs des plaisirs interdits de cette société même qui les condamne, et ses éboueurs. C'est The Firm, dont les images ci-dessous sont extraites.

 

Il a récemment publié une suite à cette série, The Family.

 

 

The_Firm3.jpg

 

 

The_Firm1.jpg

 

 

The_Firm2.jpg

 

 

The_Firm4.jpg

 

Toutes ces images : © Jocelyn Bain Hogg

Voir les commentaires

Publié le 25 Janvier 2012

Vous vous souvenez des cours d'EMT¹ ? Quand j'étais collégien, nous avions tous l'obligation de choisir pour l'année une activité qui nous permettrait de révéler les merveilleuses capacités manuelles qui sommeillaient en nos jeunes âmes. Pour ma part, et en partie parce que le prof était sympa, j'avais choisi menuiserie. Ce qui valut trois années durant à ma famille une inondation de raviers asymétriques, plateaux à fromages en contre-plaqué et autres étagères à la géométrie hasardeuse qui me remplissaient de fierté. J'ai profondément aimé ces heures passées à la menuiserie, près de dangereuses machines dont l'usage nous était formellement interdit : une scie à ruban gigantesque, une dégauchisseuse mangeuse de doigts ou la fraiseuse-rainureuse et ses outils aux lames si tranchantes que, si l'on en croyait les dires du frère Augustin, animateur du lieu, on ne se rendait compte de la blessure qu'en trouvant son doigt au milieu de la sciure. 


Il y avait parmi nous un surdoué, rejeton d'une grande famille de négociants bordelais, qui pendant que nous nous escrimions - en vain - à produire un simple bout de bois raboté à l'équerre, fabriquait de son côté de jolies pièces, bien proportionnées, régulières et superbement finies, assemblages de bois précieux, queues d'arondes, contre-collés, mortaises impeccables. La seule chose que ce mec et moi avions en commun était notre prénom et le goût du bois. Lui avait du talent, et moi l'envie.


Je crains que la pression familiale ait eu tôt fait de le détourner des travaux manuels où pourtant il excellait pour l'orienter sur le chemin d'études et d'un métier plus appropriés à son destin familial. Mais peut-être pas.


Et lorsque j'ai pour la première fois visionné ce petit film, j'ai pensé à moi, à celui que j'étais alors. Et à lui...


 

 

 

 

 

 

 

(1) : Education Manuelle et Technique

Voir les commentaires

Publié le 24 Janvier 2012

susan_bernard.jpg

Susan Bernard, Miss december 1966

 

Fille du photographe Bruno Bernard (Bernard of Hollywood) qui fut un temps collaborateur de Playboy, Susan est apparue en page centrale du célèbre magazine en décembre 1966, l'année de ses 18 ans. Au moment de la séance photo dirigée par Mario Casili, elle était semble-t-il encore mineure. Elle ne s'était jamais dénudée devant quiconque sinon sa mère et son médecin. Il semble, selon les dires de la principale intéressée, que cette séance était un cadeau d'anniversaire. Certes, mais un cadeau pour qui ?

 

 

susan_bernard2.jpg

 

 

susan_bernard3.jpg

 

 

susan_bernard4.jpg

 

 

Susan-Bernard-Pussycat-2.jpg

 

 

Peu avant la publication de son premier portfolio coquin, elle faisait ses débuts à l'écran dans le chef d'oeuvre de Russ Meyer, Faster Pussycat, Kill, Kill ! Elle a poursuivi une carrière cinématographique tout à fait oubliable jusque dans les années 90 et arrondit aujourd'hui ses fins de mois en participant à des conventions d'anciennes playmates. Elle a également publié des ouvrages monographiques sur son père, en particulier ses clichés de Marylin.

 

Source : The Thought Experiment

 


Voir les commentaires

Publié le 23 Janvier 2012

2 ans déjà. Je venai de quitter un job qui me faisait vivre depuis presque dix ans et je cherchai de quoi occuper une période de chômage que je redoutai longue. En consultant Leboncoin, je découvrai dans la région de Nice une curieuse petite yam, un modèle inconnu de mes tablettes : un 250 XS de 78 à vendre pour une bouchée de pain. Un coup de fil, deux ou trois posts sur mon forum préféré pour trouver une âme charitable susceptible de m'héberger et j'étai en route dans ma Kangoo sous une pluie battante qui m'accompagna tout au long des 800 kilomètres de mon voyage.


La mémère n'était effectivement pas très en forme mais sa simplicité mécanique me rassura et je décidai de lui faire quitter les alpilles pour le plat pays qui est le mien, la Gironde. Pluie au retour, la moto sanglée dans le coffre. Je la ramenai à Bordeaux, la déchargeai dans mon garage. C'était fin 2009. Elle est toujours là... intouchée. Dans son jus.


Malheureusement pour elle, j'ai rapidement retrouvé du taf et j'ai dû remettre à plus tard mes velléités d'aventures mécaniques. En outre, un long examen de la bestiole et quelques tentatives de photoshopages m'ont rapidement laissé comprendre que la transformation de ce petit commuter poussif et tout carré en fauve de la route était largement au dessus de mes moyens, qu'ils soient techniques ou financiers. Le courage m'abandonnait, le boulot me donnait une bonne excuse... Je ne serai pas le Wrenchmonkee aquitain.


Jusqu'à hier où j'ai trouvé ça sur l'interweb : 

 

 

xs01

 

 

5518933442 fffb7ced4b

 

 

5518342619 e8fb18ed62

 

 

5518933052 b8e5244dfe

 

 

 

Le constructeur de ce petit bijou a su faire preuve d'un véritable altruisme puisqu'il a pris la peine de documenter la quasi totalité de la construction sur son blog : Lane Splitter. Qu'il en soit remercié !

Bon, ben maintenant, y'a plus qu'à...

 

Voir les commentaires

Publié le 19 Janvier 2012

parka.jpg

 

 

TL_Jacket.jpg

 

edit : après enquête approfondie, il semble que cette parka fasse partie de la collection Ralph Lauren Denim & Supply qui doit être mise en vente courant février. Reste que... me want quand même !

Voir les commentaires

Publié le 18 Janvier 2012

 

Les images qui suivent me sont douloureuses. Parce que je possède moi-même un Sportster XLH de 1981 et que le moins que l'on puisse en dire c'est que cet engin est doté d'un physique assez ingrat. Ça n'est pas pour rien qu'il s'agit de l'une des Harleys anciennes les moins chères que l'on puisse trouver sur le marché... Force m'est donc d'admettre que le travail accompli par les jeunes gens de Vee Machine sur ce fer à repasser qu'est le Sportster - et dont les gènes sportifs sont depuis longtemps dilués dans une consanguinité customeuse assez mal venue - est assez impressionnant. Au point qu'on pourrait, à la seule vue de cette réalisation, prendre ce pachyderme pour une élégante danseuse.

Outre un usage des troutrous quasi pathologique, ces messieurs ce sont fendus d'une nouvelle fourche, de nouveaux amortisseurs, de périphériques issus des meilleurs catalogues et d'éléments de carrosserie faits maison. Seul petit hic, il me semble que l'empattement et l'angle de colonne soient identiques à ceux du modèle d'origine, ce qui est loin de faire de ce racer un modèle de maniabilité. Mais peut-être n'est ce pas là la destination première de cette jolie moto...

 

Harley-XLH-1981-Racer-by-Vee-Machine-01.jpg

 

 

Harley-XLH-1981-Racer-by-Vee-Machine-02.jpg

 

 

Harley-XLH-1981-Racer-by-Vee-Machine-13.jpg

 

 

Harley-XLH-1981-Racer-by-Vee-Machine-06.jpg

 

 

Harley-XLH-1981-Racer-by-Vee-Machine-07.jpg

 

 

Harley-XLH-1981-Racer-by-Vee-Machine-14.jpg

 

 

Via El Corra Motors et Silodrome

 

Voir les commentaires