Copier & Coller

Publié le 10 Juin 2008

Chris Marker : Le fond de l'air est fraisCe matin, de nombreux blogs ainsi que Libé publient un texte de Chris Marker concernant la plainte déposée par le MRAP contre le groupe Justice et son film Stress produit par le collectif Kourtrajmé. En effet, le MRAP a estimé "que le seul moyen pour les auteurs du clip de démontrer leur bonne foi était de mettre immédiatement un terme à l’absence de discernement qui a présidé à cette diffusion en ligne, en arrêtant immédiatement toute diffusion commerciale de ce clip. Le MRAP a mis, le 25 mai 2008, en demeure la maison de disques « Because Music » afin d’agir vigoureusement auprès des hébergeurs pour obtenir le retrait immédiat des vidéos en ligne et de renoncer par avance à toutes les retombées commerciales, attendues ou non, de cette désastreuse opération.

Le MRAP a également constaté que le site internet Kourtrajme.com a repris le clip « Stress » et que dans une de ses pages du site, le numéro de téléphone du standard affiché n’est autre que celui du Front national (Standard Kourtrajmé 01.41.12.10.00)" [voir le communiqué ICI]

Il ne me choque pas outre-mesure que le MRAP dont on connaît le sens de l'humour et de la distance critique trouve quelque chose à redire à ce clip et au "message" qu'il est sensé porter. Cela me choque d'autant moins que le court-métrage de Romain Gavras semblait vouloir faire débat. Débat il y a : tout va donc très bien.

Mais voici que le MRAP décide de judiciariser cette divergence de vues en la portant devant la justice. Le juge est, comme on le sait, un expert en critique de cinéma, un cador de la sémiologie et un exégète de l'image animée. Il est donc parfaitement légitime qu'on lui demande, et son avis et son aval pour diffuser ce film.

Chris Marker, dont on connaît l'intégrité artistique n'est curieusement pas de cet avis et le fait savoir dans ce billet :

"La fable chinoise de l’imbécile, du doigt et de la lune a tellement servi qu’on éprouve une certaine crispation à la trouver au bout de sa plume. Pourtant j’ai beau tourner la chose dans tous les sens, je n’en vois pas qui s’applique aussi littéralement au communiqué du MRAP, portant plainte contre le clip du groupe Justice dont « l’intention raciste est avérée ». Le mot inadmissible ici est « avérée ».

Tout le monde a le droit d’exprimer une opinion ou un blâme, mais il faut une sacrée dose d’outrecuidance pour décider, non de la portée éventuellement négative d’une œuvre, mais de l’intention intime de son auteur. Car il y a, figurez-vous, un auteur, Romain Gavras, et autour de lui un groupe, Kourtrajmé, dont les productions jusqu’à ce jour avaient comme caractéristique de déplaire tout particulièrement aux racistes. Ce pourrait être déjà un sujet, au moins, d’interrogation.

Mais d’abord, marre de ce terme de « clip » pour désigner n’importe quel très court métrage. Tant de longs métrages aujourd’hui ressemblent à des clips étirés qu’il est permis de saluer un clip qui ressemble à un film. Je risque un autre mot, en m’amusant d’avance de l’incrédulité qu’il va susciter chez certains : un poème. Un poème noir, violent, sans concession, sans alibi, magnifiquement « écrit » (encore faudrait-il qu’on s’intéresse à l’écriture cinématographique, vaste débat) et dans la ligne d’un certain nombre de ces poèmes qui dans toutes les langues, à un moment donné, ont dérangé et troublé, et dont certains en effet ont fini devant les tribunaux.

Montrer ce que personne ne veut voir, c’était en d’autres temps une fonction de la poésie. Cet objet non identifié qui tombe dans un paysage audiovisuel où par ailleurs la violence est partout présente, mais avec assez de roublardise et de complaisance pour être acceptée sans états d’âme, j’aurais tendance à le comparer au parallélépipède que Kubrick dresse, dans « 2001 », près d’un troupeau de singes endormis. Incongru, incompréhensible au point que c’est à force de n’y rien comprendre que s’éveillera l’idée qu’il y a quelque chose à comprendre. Les singes ont évolué. Les censeurs, ça reste à voir."


Tout ce que je trouve à dire là-dessus, c'est que ça m'a vraiment fait du bien de lire ça ce matin. Vraiment...


Rédigé par VonSontag

Publié dans #Bits and sense

Commenter cet article