Publié le 19 Août 2013

huskywhat.jpg

Mes amis spécialistes des motorisations étranges ou exotiques auront la gentillesses de cliquer sur l'image et de me dire d'où peut bien provenir ce moteur et/ou le cadre qui le supporte. Ca améliorerait ma culture. Merci.

Voir les commentaires

Publié le 22 Juillet 2013

bicilindrica.png

 

 

De l'autre côté des Alpes, si on n'est pas toujours très doué pour la fiabilité, on l'est d'avantage pour imaginer, tester, optimiser des solutions innovantes et les abandonner dès qu'elles fonctionnent.

En témoigne la Moto-Guzzi 500 Bicilindrica qui règna sur la compétition moto pendant près de 18 ans. Né dans l'esprit de Carlo Guzzi en 1933, le premier modèle est le fruit de l'accouplement de deux monos 250 cm3. Alésage et course restent les mêmes que sur la 250, les bielles sont simplement modifiées afin de réduire la longueur du vilebrequin. Guzzi conserve les carters de la moto donneuse qu'il fait modifier et adapte certaines pièces aux contraintes augmentées par l'accroissement de la puissance. La partie cycle est également issue de la 250 mais obligera la marque à adopter une suspension arrière pour le plus grand bénéfice de la tenue de route et, conséquement, une augmentation de l'espérance de vie des pilotes.

En 1933, la 500 et son bicylindre en ouvert à 120° sortent 43 chevaux à la roue et permettent une vitesse de pointe de 186 km/h (à Monza, avec Moretti au guidon). En 1951, elle dépassait allègrement les 210 km/h pour une puissance supérieure à 50 chevaux, valeurs toutefois insuffisantes pour rivaliser avec les Gilera Bialbero et autres MV Agusta de l'époque.

Si cet engin a à ce point retenu mon attention, c'est au départ pour des raisons esthétiques : ce remarquable moteur très ouvert avec son cylindre arrière ailleté de manière à recevoir le flux d'air frais ; cet ensemble réservoir tête de fourche d'une seule pièce qui lui donne davantage l'air d'un poisson que d'un aigle ou d'un fauve prêt à bondir (analogie très en vogue ces derniers temps chez les designers en manque d'idées) ; le garde boue avec son dosseret intégré ; la curieuse silhouette, compliquée mais pourtant élégante de l'engin... Reste aussi la place qu'elle a occupé dans l'histoire motocycliste avec sa victoire au TT 1935 de Stanley Woods, les innombrables trophées du championnat italien avec le légendaire Omobono (quel prénom !) Tenni.

Evidement, comme la moto marchait bien, Moto-Guzzi s'est dépéché de passer à autre chose en développant un quatre en ligne longitudinal qui ne marchait pas et un V8 qui coutaît la peau des fesses. Après l'abandon de la compétition par marque en 1957, lorsqu'il s'est agi de concevoir un gros bicylindre routier, l'ingénieur Carcano a tout naturellement opté pour le V2 à vilo longitudinal qu'on connaît, enterrant définitivement le Védoué à l'ancienne mode dans les archives de Mandello.

 

 

fergus_anderson_chimay51.jpg

 

 

6673995773_912f8b7b6f_b.jpg

 

 

sammy-miller.jpg

Sammy Miller (?) en démo.

 

 

3128472818_1_8_KH7dUIrb.jpg

 

 

omobono-tenni-250.jpg

Omobono Tenni, ici au guidon d'un bicylindre (250 ou 500 ?), au Tourist Trophy de 1935.

 

Sources : les images proviennent de Flickr, les renseignements historiques de ce blog.

 

 


Voir les commentaires

Publié le 18 Juillet 2013

 

 

Quelque part près de Bordeaux...

 

 

 

9308233872 3b50bbeff9 z

 

 

 

9308058546 c24dcecc38 c

 

         

 

9305080909 3557c8997e c

 

 

 

9304925553 eb7f8249dc c

 

 

9307723888 caa1d0189a c

 

 

 

9305059415 3ace7b697b c

 

 

 

9307699072 75325c69b5 c

 

 

9307775900 673b1e8769 c

 

 

9304900605 43f3ea0621 c

 

 

 

9307618810 4cfa9db757 c

 

 

 

9307579704 113c397686 c

 

 

 

9304764203 88af9c2866 c

 

 

 

9304621479 51b784eb7e c

 

 

 

9304814371 55d83be091 c

 

 

 

9307372892 0d83631675 c

 

 

 

9307421344 5d326d4f2e c

 

 

9307527736 25a034b80e c

 

 

 

 

9307473108 f0c74e7438 c

 

 

 

9304570295 fa508a4b53 c

 

 

 

9307559480 bb8db026cb c

 

 

 

9307492610 0d4c83c37e c 

 

 

 

9304550829 670f02fc2b c

 

 

 

Voir les commentaires